ActualitésSociété

Reconfinement total à Analamanga: Les forces de l’ordre dépassées, la population incontrôlable

Les rues d’Antananarivo étaient noires de monde avec des embouteillages monstres comme d’habitude sur la plupart des axes malgré le retour du confinement. Les forces de l’ordre semblent être dépassées par la situation et leur stratégie inefficace.

Pagaille généralisée. C’est le constat fait après une journée de retour au confinement total dans l’Analamanga, particulièrement à Antananarivo. Dans de nombreux endroits de la ville, la vie continuait quasi normalement, avec les mêmes embouteillages monstres et les mêmes attroupements dans les quartiers populaires, notamment les marchés.

Les forces de l’ordre, quasi invisibles dans plusieurs endroits semblent être dépassées par la situation et leur stratégie inefficace. A Ampitatafika, Anosizato et Talatamaty, par exemple, les gendarmes se contentent de barrer la route, provoquant au contraire des attroupements inutiles au lieu de l’éviter.

Pour certains observateurs, c’est le message adressé à la population qui comporte des failles expliquant ce comportement. L’existence des exceptions accordées à certains services par exemple, ou bien des phrases comme «ne sortez de chez vous qu’en cas de nécessité absolue», ou laisser la possibilité aux gens d’aller au marché laisse croire qu’il reste toujours possible de sortir de chez soi. Et alors qu’il existe des gens qui sont autorisés à travailler ou à sortir de chez eux à titre exceptionnel, le barrage imposé par les gendarmes provoque des confusions, voire des colères.

L’annonce des mesures de sanction inefficace

En tout cas, l’annonce des mesures «dissuasives» ne semble pas avoir dissuadé outre mesure les contrevenants. Durant son intervention sur la chaîne nationale, le Secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie (SEG), le général Richard Ravalomanana, a annoncé que tous les individus qui ne portent pas de masque seront désormais contraints d’effectuer une journée de Travaux d’intérêt général (TIG). Par ailleurs, des sanctions beaucoup plus sévères comme l’emprisonnement sera appliquée aux récalcitrants selon toujours le SEG.

«Il n’est plus question de balayer des rues pendant quelques minutes. Ce n’est pas seulement la voie publique qui a besoin d’être assaini mais les canaux d’évacuation ont également besoin d’être curer», a-t-il souligné.

Par ailleurs, cinq cent militaires issus du bataillon multi-missions d’Imerintsiatosika ont été dépêchés dans la capitale. Selon le communiqué du ministère de la Défense nationale, ils aideront la population à mettre en place un «vrai confinement». Le communiqué a aussi précisé que ce sont des forces de l’ordre, et non des forces de répression. Outre le maintien de l’ordre, ils prêteront main forte pour la sensibilisation de la population aux respects des gestes barrières sanitaires, d’ailleurs certains d’entre eux sont des médecins.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page