Société

La fosse provisoire du cimetière d’Anjanahary à louer

L’enterrement dans les fosses provisoires d’Anjanahary est payant contrairement à la déclaration officielle du CCO. Les familles qui veulent l’utiliser doivent débourser 60 000 ariary par an.

Des familles qui n’ont pas pu transporter la dépouille mortelle de leurs proches en dehors d’Analamanga les ont déjà enterrés à Anjanahary. Le coordonnateur du Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19, le général Elack Olivier Andriankaja, a annoncé dans les médias cette semaine que l’inhumation dans les fosses provisoires est gratuite. Les familles doivent par contre respecter les procédures mises en place par la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA).

Joint au téléphone, un responsable au niveau du Bureau municipal d’hygiène (BMH), a par contre indiqué que les familles doivent louer les fosses provisoires. L’enterrement ne pourrait aussi se faire qu’après le remplissage des documents y afférents.

«Le coût annuel de cette location de fosse provisoire est délibéré par le conseil municipal et pour cette année, il est fixé à 60.000 ariary. C’est en fonction des demandes et des places disponibles que les fosses seront attribuées aux familles», selon cette source auprès du BMH.

L’ouverture d’un autre cimetière à l’étude

Par ailleurs, les places commencent sérieusement à manquer au cimetière d’Anjanahary. La CUA envisage de mettre en place un autre cimetière pour la concession perpétuelle, pour la location annuelle et la location provisoire. Les détails y afférents ne seront connus qu’après la réunion avec tous les responsables concernés de la région Analamanga qui est déjà en gestation. Concernant les fosses provisoires, les familles des défunts doivent déjà s’attendre à un emplacement de fortune. Selon le constat effectué sur place, le peu de place disponible n’est pas encore aménagé et même le déplacement en moto n’est pas conseillé par les riverains.

Les familles des défunts face à un dilemme

Les familles qui ne disposent pas de caveau familial dans la région Analamanga sont indignées face à la lourdeur des procédures administratives. Il leur a fallu deux jours avant d’obtenir l’autorisation d’inhumation provisoire.

Les familles des défunts doivent déjà s’attendre à un emplacement de fortune à Anjanahary, faute de place

La situation est assez exceptionnelle, déjà ces familles doivent débourser la location annuelle mais ils doivent déjà aussi penser aux frais occasionnés par le transfert de leur proche au caveau familial le moment venu. Informé de ce coût de location des fosses provisoires, le général Elack Olivier Andriankaja a promis qu’il en discutera avec les responsables au niveau de la CUA.

Les coutumes funéraires font partie intégrante de la vie des Malgaches. De nombreuses familles sacrifient et économisent beaucoup pour pouvoir pratiquer en bonne et due forme l’inhumation de leurs proches. Mais cette coutume est bafouée à cause de cette mesure instaurée par l’Etat interdisant le transport de la dépouille mortelle dans les villes natales des défunts.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page