Politique

Le Gouvernement sur la sellette

Si le président de la République maintient son approche initiale, un remaniement du gouvernement devrait intervenir bientôt. Face à la crise sanitaire actuelle, beaucoup estiment que la plupart des ministres doivent s’en aller.

Des élus issus de l’opposition n’y vont pas par quatre chemins, pour exprimer leur déception. «Tous les membres du gouvernement devraient être remplacés, en raison de la gestion calamiteuse de la crise sanitaire dans le pays», a affirmé au cours d’une interview le député élu sous la bannière du TIM, Todisoa Andriamampandry, qui s’est empressé de continuer que «c’est une nouvelle équipe, avec un nouvel élan qui doit désormais gérer la situation».

« On doit prioriser le dépistage, jusqu’au niveau des quartiers. Mais c’est loin d’être le cas actuellement», déplore, en outre, le député.

Andry Rajoelina a choisi comme principe de travail l’évaluation de chaque ministre tous les six mois. Cette approche est souvent mal vue. «Il n’est pas systématiquement évident pour un ministre de s’assurer des résultats probants  en six mois», a par exemple rétorqué l’ancien Premier ministre Norbert Ratsirahonana, lors d’une récente intervention télévisée. Toutefois si le président s’en tient à cette idée, les membres du gouvernement doivent de nouveau «passer à l’oral» pour très bientôt.

Dans le camp de l’opposition, l’amertume est difficile à cacher. L’ancien président Marc Ravalomanana n’a de cesse de réclamer plus de transparence dans la gestion des aides obtenues par la Grande Ile afin de faire face à la crise du Covid 19, mais en vain.

Même dans les rangs du parti au pouvoir, l’IRD, tout le monde n’est pas rassuré. Des voix discordantes commencent à se faire entendre ici et là. Certes, de façon discrète dans la plupart des cas, mais elles sont très significatives de la véritable ambiance dans les sphères du pouvoir.

Le groupement de l’opposition RMDM, lui, à l’instar des parlementaires du TIM, le parti de l’ancien président Ravalomanana, a demandé le départ du gouvernement, en vue de « la mise en place d’un gouvernement de crise».

Parmi les opposants très déçus, on peut noter aussi le député Fetra Ralambozafimbololona, issu du TIM également. « Le retour au confinement pour la région Analamanga n’a pas fait l’objet d’une communication adéquate. Raison pour laquelle la population ne prend pas au sérieux la décision gouvernementale», estime-t-il.

L’issue de ce nouveau confinement constituera, en tout cas, une nouvelle occasion de juger la capacité du gouvernement conduit par le Premier ministre Ntsay Christian, en poste depuis mi-2018, à faire face à la crise du covid 19.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page